Né en Guyane française en 1938, Doudou arrive à Montréal de l’Europe en 1970 avec Gemma Mattheij et est vite confronté aux défis du trajet migratoire. En 1972, il crée le centre de Visosonie avec Gemma et Yolande Lessard pour offrir des activités artistiques aux jeunes défavorisés du centre-ville. En 1975, il ouvre avec Gemma, Yolande, Francine Vadeboncoeur, Rosemarie Maten et d’autres le fameux club de jazz Rising Sun, défiant ainsi les préjugés, le racisme systémique tout en refusant des prête-noms. Son slogan : le jazz n’est pas mort. Beaucoup de musiciens locaux y ont débuté. Grâce au soutien et à ses amitiés avec des musiciens légendaires, il fonde le Rising Sun Festijazz, qui de 1978 à 1980 contribuera à la notoriété de Montréal.

En 1980, encore avec l’appui des musiciens de renommée mondiale, il présente le Concert du siècle et d’autres concerts à la Place des Arts et ailleurs. Dans le cadre de l’émission Les Beaux dimanches en 1982, il co-réalise avec Radio-Canada une anthologie de la musique et de l’art noir, Ode au Soleil avec des talents locaux. Il écrit et publie plusieurs livres, entre autres, L’Histoire du Rising Sun, Paroles et Poèmes 1 et 2. Plusieurs de ses écrits n’ont pas encore pu être publiés.

Artiste et peintre dans l’âme, il produit de nombreuses toiles en Europe et à Montréal. Il s’inspire d’artistes célèbres, mais surtout de sa lutte contre les inégalités sociales et raciales. Il les expose entre autres à la galerie Victoria Hall de Westmount. C’est pour revivre les belles années du Rising Sun qu’il recommence à produire des concerts avec Kind of Blues, Dark Divas et Blues Guitar All Stars.

Doudou a travaillé toute sa vie à promouvoir la culture noire, mais surtout, l’art dans toutes ses formes. Il reçoit plusieurs prix et honneurs comme le prix Dr Martin Luther King et le Grand Prix Dynastie. Il a aussi été nommé grand citoyen de CDN/NDG et Chevalier de l’Ordre de Montréal.

Doudou était un entrepreneur visionnaire, et les fruits de son travail ont profité non seulement à ses proches, mais à de nombreuses personnes qui continuent toujours aujourd’hui à en bénéficier.

Doudou s’est éteint le 10 mars 2020.

Auteur : Mahaya Boicel