On ne peut rendre hommage à Wladimir Jeanty qu’en survolant simplement son parcours d’homme, de conjoint, de père et de citoyen. Il serait impossible d’évoquer son legs en seulement quelques lignes.


Je l’ai d’abord rencontré lors de ma première assermentation à titre d’élu scolaire à la Commission scolaire de la Pointe-de-l’île. Il était alors directeur d’école à cette même commission scolaire où il avait aussi été professeur d’anglais, conseiller pédagogique et directeur adjoint. Il m’a tout de suite adopté en me prodiguant, sur un ton presque professoral, de précieux conseils que j’ai jalousement gardés.


« Mon père avait un amour profond pour les gens et les jeunes en particulier. Le bien commun était ce qui importait pour lui. »
Marie-Christine Jeanty

Arrivé au Québec à la fin des années 60, Wladimir Jeanty a été enseignant, éducateur et professeur pendant plus de 30 ans. Il a contribué à la formation de plusieurs générations de Québécoises et de Québécois. Ses nombreux anciens élèves n’ont jamais tari d’éloges à son égard.

« En plus des responsabilités reliées à sa tâche d’enseignement, il assumait volontiers un rôle supplémentaire auprès des jeunes d’origine haïtienne. Que vous fussiez dans sa classe ou non, monsieur Jeanty suivait votre parcours. Il offrait des félicitations, mais aussi des mises en garde. On sentait qu’il était impliqué ».
Edouard Staco, président du Fonds 1804 pour la persévérance scolaire

Son engagement ne s’est pas limité au monde de l’éducation. On ne compte plus le nombre d’organismes communautaires, sportifs et culturels dont le nom est associé à celui de Wladimir Jeanty.  Il a pris une part active au sein de l’Association pour la réussite éducative des jeunes (AREJ) ainsi que dans l’Association des enseignantes et des enseignants haïtiens du Québec.  Comme membre fondateur et président de la Fondation Métamorphose Développement, il a travaillé avec d’autres afin de redonner à Haïti, sa terre natale, un peu de ce qu’il en a reçu. À titre de président du conseil d’administration de la Maison d’Haïti, il a été avec la direction générale de cet organisme sur tous les fronts afin de faire valoir les besoins des familles haïtiennes et des différentes clientèles de cette institution. Il voyait dans la construction de la nouvelle Maison d’Haïti un moyen de souligner la présence et la contribution des Haïtiens à Montréal. 


« Comment décrire notre prezz? Je le dirais en un mot : Ferveur. Dans le mot Ferveur, on peut entendre : passion, ardeur, enthousiasme et volonté. Wladimir a soutenu la Maison d’Haïti avec ferveur… Devant les banquiers, il leur a exprimé son désir de construire un nouvel édifice… Devant les politiciens, il leur a dit que la communauté leur a donné bien plus qu’ils ne pourraient jamais lui rembourser… Il a voulu un immeuble à l’image de la communauté haïtienne, un legs qu’il a fait à toutes et tous les Montréalais ».
Marjorie Villefranche, Directrice générale de la Maison d’Haïti

Tous ceux qui ont travaillé avec Wladimir Jeanty savent que cet homme de dossier n’était pas là pour les honneurs ni pour les grands moments. Sportif, il aimait rappeler qu’il avait le tempérament d’un coureur de fond. En cultivant à la fois la ténacité et la détermination, il a su imprégner son dynamisme dans plusieurs de ses initiatives.


Aujourd’hui, sa conjointe Maryse Alcindor, leurs trois filles, la famille, leurs proches et toute une communauté pleurent le départ d’un être humain qui donnait sens aux mots affection, présence, implication et don de soi. Véritable figure paternelle pour de nombreux jeunes, il n’hésitait pas à parler d’eux sur un ton affectueux comme de ses enfants. Et c’est aux propos d’Alexandra Jeanty, une de ses filles, qu’on peut mesurer l’envergure du père que Wladimir a été pour elle et ses deux sœurs, mais aussi du père symbolique qu’il aura été pour plusieurs autres.
« Bon voyage au plus doux des Papas Lions, au plus gentil des Papiloups, au plus complice des beaux-papas ». Alexandra Jeanty
Merci Wladimir Jeanty!

Auteur : Frantz Benjamin